BELFORT : La place Arafat ou l’indignation sélective

Arafat Rabin

Depuis que le maire de Belfort, Etienne BUTZBACH a annoncé qu’il projette d’associer le nom de Yasser Arafat, l’ancien leader palestinien à celui de Yitzhak Rabin dont une place Belfortaine porte déjà le nom de Rabin, des personnalités de la communauté juive de Belfort et des hommes politiques s’insurgent contre ce projet sous prétexte qu’Arafat aurait un passé d’assassin.

Le Maire se défend en rappelant que la paix se fait à deux et d’ailleurs ils ont reçu le prix Nobel de la paix ensemble.

Nous allons rectifier ici la mémoire et l’indignation sélectives de certains.

Nous vous proposons la lecture de certains passages  du livre d’Ilan PAPPE , considéré comme l’un des « nouveaux historiens » israéliens. Son livre est intitulé « le nettoyage ethnique de la PALESTINE » aux éditions FAYARD, traduit de l’anglais par Paul Chemla.

L’historien nous décrit le processus d’épuration organisé en 1948 lors de la guerre de Palestine, il s’agit du plan Daleth établit par la Hagana, force armée illégale. Dans le cadre de ce plan d’expulsion, Yitzhak Rabin a dirigé des actes odieux.

Ainsi nous apprenons que « La brigade Harel de Yitzhak Rabin n’a montré aucune hésitation quant à la méthode de démolition à employer », plus loin Rabin faisait savoir que  « En ce moment, nous faisons sauter les maisons. Nous en avons déjà fait sauter 60 à 70 » Page 188 du livre de PAPPE.

Plus loin, on lit : « Les unités israéliennes entrèrent dans la ville (Lydda) le 14 Juillet 1948, lancèrent immédiatement une opération de recherche de suspects qui se solda par l’arrestation de 3 000 personnes…commencèrent à piller la ville. L’officier qui commandait sur le terrain était Yitzhak Rabin » page 222.

« Yitzhak Rabin qui, jeune officier, avait pris une part active au nettoyage de 1948 mais il avait été Premier ministre sur un programme qui promettait la reprise de l’effort de paix » page 308.

Dans un autre livre écrit par Dominique VIDAL, historien et journaliste au Monde Diplomatique avec Sébastien BOUSSOIS, intitulé « Comment Israël expulsa les Palestiniens (1947-1949) » aux éditions « Les éditions de l’atelier », l’auteur relève le travail réalisé par les « nouveaux historiens » israéliens au nombre desquels on compte aussi Benny MORRIS, Avi SHLAIM et Tom SAGEV.

Voici ce qu’on apprend dans son ouvrage : « Deux jours de bombardement intensifs déclenchent l’exode. L’ordre donné par le lieutenant-colonel Yitzhak Rabin est on ne peut plus clair : « les habitants de Lydda doivent être expulsés rapidement sans prêter attention à leur âge. » …à Lydda, les soldats se livrèrent à une violente répression : 250 civils palestiniens y trouvèrent la mort »… « Yitzhak Rabin…organise l’expulsion vers l’est… » Page 75.

No comment…

Les gens qui s’offusquent aujourd’hui n’ont rien dit le jour où la mairie avait décidé de baptiser une rue de Belfort au nom du colonel Pierre Paul JEANPIERRE, héros de la bataille d’Alger (1957), période durant laquelle l’armée française s’est déshonorée du fait de l’usage de la torture.

L’OuvreBoite

 

Publicités


Catégories :BELFORT

Tags:, , ,

5 réponses

  1. Il faut que butzbach marque son dernier mandat…..
    Vive le roi le roi est mort…

  2. Je ne peux pas laisser Joseph dire de telles choses.
    On peut reprocher beaucoup de chose à Butzbach, mais pas ce projet.
    Il a toujours soutenu la cause Palestinienne et n’a pas fait cela pour des raisons électorales ou pour « marquer son dernier mandat ».
    Effectivement, il faut rétablir l’esprit qui a prévalu lors de l’attribution conjointe de ce prix Nobel: saluer les efforts de paix fait par ces deux dirigeants, même si, au final, les palestiniens ont été dupés.
    Il faut deux plaques commémoratives, où une seule avec les deux noms, ou aucune.

  3. Ce qui est le plus étonnant c’est la position de Grudler qui a pris fait et cause pour le positionnement de l’association juive de Belfort qui par amalgame lie le resistant palestinien à un terrorisme.

    On aurait préféré une position plus neutre de la part d’un candidat aux municipales de Belfort mais c’est une erreur politique qui devrait lui coûter cher l’année prochaine.

    • Je crois que vous ne lisez pas correctement les propos de M. Grudler. Il a simplement dit qu’il fallait discuter avec tout le monde, prendre les avis de toutes les communautés avant de décider quoique ce soit..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :